Serge Fiori (Harmonium) et Richard Séguin (Séguin) se connaissaient déjà depuis plusieurs années avant qu'arrive leur seul album comme duo. Les deux apparaissent comme choristes à l'album « Valiquette est en ville » de Gilles Valiquette en 1976, et on s'aperçoit déjà que leurs voix se mêlent très bien ensemble. La même année le groupe Séguin se dissout, et Richard participe comme choriste à « L'Heptade » du groupe Harmonium. Ce dernier groupe s'arrête en 1977. Fiori et Séguin commençaient à regarder d'autres options créatives et il en résulte « Deux cents nuits à l'heure », lancé en 1978, album qui réussit à marier le côté progressif au côté balladier des deux musiciens. La majorité des membres de la dernière édition d'Harmonium y participent pour l'album au complet. De toutes les pièces, ce seraient celles composées en duo qui seraient les plus aventureuses, changeant de rythme, de tempo, et parfois même de style tout au long d'une chanson. On voit déjà aux pièces écrites par Séguin les traces compositoires qu'il continuerait à suivre lors de son prochain album solo.

Un album extrèmement bien réussi, le public les récompensa avec plusieurs centaines de milles en ventes d'exemplaires. Séguin prend ensuite le goût pour un son plus acoustique, avant de revenir avec quelque chose de semblable (sans l'aspect progressif) avec son deuxième album solo. Fiori reprendrait des pièces et segments de cet album lorsque Harmonium se réunirait en 1978 pour une tournée d'artistes québécois en Californie, organisée par le premier ministre du Québec à l'époque, René Lévesque. (Jeff Fisher, un des claviéristes pour l'album de Fiori-Séguin, remplacerait Serge Locat dans le groupe, et se démontre de forte prominence pendant la performance de la pièce « Viens danser », soit un des extraits radio de l'album de Fiori-Séguin qui paraît également dans le court-métrage « Harmonium en Californie » par l'Office national du film du Canada.) Il disparut ensuite de la scène musicale pour plusieurs années, nous revenant au milieu des années '80 avec un son reflétant l'époque. Il ne reste que cet album unique qui documente ce bref temps lorsque les deux auteurs-compositeurs-interprètes ont réussi à marier des notions progressives à une musique populaire, et de voir leurs résultats applaudis par le public québécois. Toutefois, selon un webchat accordé par Fiori en 2004, celui-ci aurait du moins un intérêt passif à ce que le duo se réunisse...

Harmonium's Serge Fiori and Séguin's Richard Séguin were already aware of each other's talents, several years before their sole album as a duo. The pair appeared side by side as backup singers for Gilles Valiquette's album "Valiquette est en ville" in 1976. Already, the two's voices blended magnificently. It was during this same year that Séguin (the group) packed it in for good, and Richard participated as backup singer for Harmonium's "L'Heptade". Harmonium, in turn, sees things slow down to a full stop in 1977. Both Fiori and Séguin were looking for other outlets which could sustain their creativity, resulting in "Deux cents nuits à l'heure" in 1978. This album, marrying the pair's progressive and balladeer sides, sees the continuous participation of the majority of Harmonium's most recent line-up. Of all the album's tracks, the ones composed as a duo would be the most adventurous, with songs seeing tempo, rhythmic, and even stylistic changes throughout their length. Séguin's personal numbers foreshadow the compositional style he would continue to follow for his first solo album.

An extremely excellent album, they would be compensated for their efforts with several hundred thousand copies in sales. Séguin would next decide to go acoustic for his first solo album, before returning to a sound similar to Fiori-Séguin (minus the progressive aspects) for his second solo album. Fiori would cull songs and segments from the album for the live set of a reunited Harmonium, summoned by Québec premier René Lévesque for a Californian tour of Québec artists. (Jeff Fisher, one of Fiori-Séguin's keyboardists, would replace Serge Locat within Harmonium, and dominates the latter group's version of Fiori-Séguin's radio hit "Viens danser" as presented in the short film "Harmonium in California" by the National Film Board.) Fiori would soon retreat from the music world for several years, returning in the mid-1980's with a sound reflecting the era. Fiori-Séguin's sole album is the only remaining document of the brief time when the two singer-songwriters succeeded in marrying progressive notions to popular music, all the while being heralded by the Quebec public. Although if a Fiori webchat from 2004 points towards anything regarding the duo, it would be a passive interest in reuniting....