Chroniqueur, critique, trompettiste et surtout poète, Raôul Duguay arrive sur la scène musicale avec L'Infonie menée par Walter Boudreau. Son premier album solo apparaît en 1975, du nom d' « Alllô Toulmond ». L'album voit un succès impressionnant avec son extrait « La Bittt à tibi ». Ancien Infoniaque/guitariste/claviériste Michel LeFrançois signe les arrangements musicaux, ce qui sans doute contribue à l'aspect progressif de temps à autre. Un autre nom familier est celui du percussioniste Gilles Schetagne (de Maneige). Combinaison peu probable de musiques pop, prog, et lounge, c'est enfin son audace qui y assure succès. La pièce qui clos l'album, « Le Voyage », demeure de ces plus appréciées jusqu'à ce jour. Un immense spectacle en 1976 le voit partager l'estrade avec Beau Dommage, Contraction, Harmonium, et Octobre.

Les albums qui suivent n'obtinrent autant de succès que le premier. « L'envol » (1976) fait variation sur les thèmes à l'album précédant (jusqu'à titrer la première pièce « Alllô »). Cette fois-ci, c'est André Angélini aux arrangements musicaux (et aux guitares). Schetagne est de retour, côtoyant maintenant le trompettiste Roger Walls (VEBB) et le batteur/percussioniste Chris Castle (Aut'chose). Les moments saillants progressifs seraient « La Parôlll » et la pièce titre. L'album « M » (1977) se verrait les retrouvailles entre Duguay et Boudreau, dont ce dernier dirige la majorité de l'album. C'est ni le jazz expérimental de l'Infonie, ni la musique pop qui a porté succès à Duguay. Muni de cuivres, cordes, bois, et choeurs, c'est un orchestre qui joue les musiques de Jean-Claude Bujôld, Guy Richer (Séguin), Yvan Ouellet (VEBB/Toubabou), Angélini, Boudreau et Raôuluôar lui-même.

C'est sur scène que Raôul va chercher davantage son public. Et en 1978, c'est un album live qui ferait de même aux disquaires. « Vivant avec toulllmond », enregistré au Théâtre St-Denis « les 23 et 24 1/3 février 1978 », voit Raôul accompagné d'un supergroup de musiciens prog Québécois, y compris Réjean Yacola (Sloche), Claude Lemay (Pollen), Guy Richer et Guy Thouin. Un dernier album apparaît aux années '70, une compilation du nom « On s'm ô Kébèk », avec deux nouvelles pièces enregistrées en studio: « Ô Kébèk » (peut-être le dernier moment prog de son répertoire endisqué) et « Côrps et âme » (du sens complètement opposé de l'autre). Les années '80 le verraient se consacrer davantage aux conférences et ateliers, tout en enregistrant de temps à autre. Quelques albums paraissent au fil des ans, y inclus « le premier album de musique nouvel-âge 'chanté' au Québec », « Douceur », et sa suite, « Nova », tous deux en collaboration avec Michel Robidoux.

Columnist, critic, trumpet player and, above all, poet, Raôul Duguay arrives on the music scene with Walter Boudreau's L'Infonie. Duguay's first album, "Alllô Toulmond" appears in 1975, achieving impressive success with its song "La Bittt à tibi". No doubt contributing to the intermittently-progressive nature of the album was the presence of ex-Infoniaque/guitarist/keyboardist Michel LeFrançois as musical arranger. Another familiar name seen on the album is Maneige's percussionist, Gilles Schetagne. An unlikely combination of pop, prog and lounge music, its audacity seals its success. The closing piece, "Le Voyage", remains one of his most cherished numbers to this day. A huge concert in 1976 sees Duguay sharing the stage with Beau Dommage, Contraction, Harmonium, and Octobre.

The albums that followed saw dimishing sales. "L'Envol" (1976) offers variations on the debut album's themes (even going asofar as to name its opening piece "Alllô"). This time sees André Angélini on musical arrangements (as well as guitars). Schetagne shows up once more, now alongside VEBB trumpet player Roger Walls and drummer/percussionist Chris Castle (from Aut'chose). Key progressive moments are "La Parôlll" and the title track. The following album, "M" (1977) sees Duguay reunite with Boudreau, the latter who directs most of the album. Neither the experimental jazz of l'Infonie, neither the successful pop music championed by Duguay, this time sees strings, horns, woodwinds and choir giving orchestral life to the music of Jean-Claude Bujôld, Guy Richer (Séguin), Yvan Ouellet (VEBB/Toubabou), Angélini, Boudreau and Raôuluôar himself.

Raôul has always best connected with his fans onstage, and 1978 saw him regain album sales with a live album. "Vivant avec toulllmond", recorded at the Théâtre St-Denis "February 23 and 24-and-a-third, 1978", sees Raôul accompanied by a Quebec prog supergroup consisting of Réjean Yacola (Sloche), Claude Lemay (Pollen), Guy Richer and Guy Thouin. One last album appears during the 1970's, this time a compilation entitled "On s'm ô Kébèk" with two new, studio-recorded songs: "Ô Kébèk" (probably the last prog moment in his recorded repertoire) and "Corps et âme" (headed in a completely different direction than the first). The following decade saw Duguay devote himself more to giving workshops and conferences, recording sporadically. A few albums appear throughout the years, including "the first album of Quebec 'sung' new-age music" "Douceur", as well as its follow-up, "Nova", both collaborative efforts with Michel Robidoux.